Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

22 novembre 2023

Annie Levasseur - alevasseur@medialo.ca

Les tout-petits bas-laurentiens se démarquent

ENQUÊTE PROVINCIALE

Grande semaine des tout-petits

©Le Laurentien - Annie Levasseur - Le Laurentien

Des enfants qui fréquentent le CPE L’Aurore Boréale.

Au Bas-Saint-Laurent, 75 % des tout-petits commencent leur scolarité sans présenter de facteurs de vulnérabilité pour leur développement comparativement à 71 % au Québec. 

La Démarche COSMOSS et le CISSS du Bas-Saint-Laurent ont présenté les résultats de la plus récente Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle (EQDEM) dans le cadre de la Grande semaine des tout-petits qui se poursuit jusqu'au 26 novembre.

« Les enfants se portent bien au Bas-Saint-Laurent. Je pense qu’on peut se féliciter. Je crois beaucoup à notre collaboration qui est importante. Ce sont 250 organismes qui travaillent ensemble. Nous existons depuis 20 ans et nous pouvons mesurer les résultats de nos actions collectives pour favoriser le développement des tout-petits », indique la présidente de la Démarche COSMOSS, Anne Duret.

« La Grande semaine des tout-petits est l'occasion de rappeler toute l'importance d’offrir aux enfants le meilleur départ possible dans la vie et de leur donner tous les outils nécessaires pour faire leur entrée à l'école », ajoute le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, Dr Sylvain Leduc.

Au Bas-Saint-Laurent, 1 750 tout-petits ont été inclus dans la dernière EQDEM, soit la presque totalité des élèves de la maternelle 5 ans. Contrairement au reste du Québec, où une augmentation de la proportion d’enfants vulnérables a été observée, la situation bas-laurentienne demeure stable depuis 2012 malgré la pandémie. Une diminution significative de la part d’enfants vulnérables dans le domaine des habiletés de communication et des connaissances générales a par ailleurs été constatée passant de 10,5% en 2012 à 6,3% en 2022.

« Il faut être fier du travail collectif réalisé auprès des enfants et des familles, le tout afin de favoriser pleinement le développement des tout-petits. On n'agira jamais assez en prévention », mentionne la directrice du programme jeunesse et directrice de la protection de la jeunesse du Bas-Saint-Laurent, Mélissa Desjardins.

Le principal défi dans la région est le développement des habiletés sociales des tout-petits, selon la présidente de la Démarche COSMOSS.

« C’est au niveau de la maturité émotive. On parle de l’entraide et des comportements prosociaux. Nous avons un peu plus d’enfants qui n’ont pas tous les acquis lorsqu’ils arrivent à la maternelle. Nous continuons de travailler pour avoir des impacts sur cette sphère de développement », affirme Anne Duret.

Depuis 2020, l’éducation par la nature connait un développement important au Bas-Saint-Laurent avec 11 CPE, une garderie privée et 65 responsables de service de garde en milieu familial qui participent à l’implantation de cette approche.

« À travers le jardinage, les jeux libres avec des coquillages ou des bouts de bois, c’est merveilleux de voir les enfants s’extasier devant la nature ou se tenir la main pour ne pas tomber. Ils développent leur motricité fine, de la confiance, de l’entraide », souligne la directrice générale du CPE L’Aurore Boréale de Rimouski, Annie Fraser.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média