Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

09 février 2024

Véronique Bossé - vbosse@medialo.ca

Oser parler du suicide pour le prévenir

PRÉVENTION

Oser parler du suicide pour le prévenir

©Photo gracieuseté – Association québécoise de la prévention du suicide.

Le président-directeur général de l’AQPS, Hugo Fournier, réitère l’importance de demander de l’aide.

La semaine de prévention du suicide 2024 qui se tient du 4 au 10 février, sous le thème « Mieux vaut prévenir que mourir. Ose parler du suicide. » afin de rappeler l’importance de la prévention et encourager les gens à parler du suicide, et ce, malgré les craintes ou l’inconfort, puisqu’agir peut faire toute la différence.

Le président-directeur général de l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS), Hugo Fournier, partage quelques petits gestes que la population québécoise peut poser pour aider à prévenir le suicide et réitère l’importance de demander de l’aide.

Connaître les ressources d’aide

Monsieur Fournier rapporte qu’il est important de connaître les ressources d’aide existantes afin d’en faire la diffusion auprès des gens pour qui l’on s’inquiète. D’ailleurs, il identifie la diversification et l’accessibilité des ressources d’aide comme un facteur important de la diminution du nombre de suicides dans la province.

« Depuis 20 ou 25 ans, il y a une diminution du nombre de suicides au Québec qui s’explique beaucoup par une accessibilité différente. Si on recule de 20 ans, les lignes téléphoniques étaient pratiquement les seules options pour les personnes qui avaient des idées suicidaires. Aujourd’hui, la ligne existe encore 1866 APPELLE (277-3553) et elle est super efficace, mais on a aussi diversifié l’offre, entre autres avec les services numériques. Suicide.ca est un site internet sur lequel les gens peuvent clavarder avec un intervenant en prévention du suicide. Il est aussi possible de faire 535353 sur son cellulaire pour texter avec un intervenant. »

Reconnaitre les signes de détresse

Il est aussi important de connaître et donc de pouvoir reconnaitre quels sont les signes de détresse, c’est-à-dire les signes précurseurs qui peuvent être observés avant qu’une personne ne se suicide.

« La personne peut tenir des propos comme « vous seriez bien mieux sans moi » ou « je vais partir en voyage loin d’ici. Elle peut aussi se replier sur elle-même, être moins sociable, ne plus manger ou encore faire le don d’objets qui lui sont chers. »

Parler du suicide

Comme le stipule le slogan de la campagne 2024, Hugo Fournier rappelle qu’il est important de ne pas avoir peur de parler du suicide, de nommer le mot directement et de poser clairement la question à la personne pour qui l’on s’inquiète.

« Ce n’est pas vrai qu’une personne va se suicider parce qu’elle s’est fait demander si elle pensait au suicide. Au contraire, ça va créer un lien de confiance et ça va enlever tout le tabou qui existe autour du mot. »

Pour ceux et celles qui ne sont pas certains de comment aborder le sujet concrètement, Hugo Fournier propose quelques pistes.

« Généralement, une personne ne veut pas mourir : elle veut arrêter de souffrir. C’est la souffrance qui mène au désespoir, qui lui mène aux pensées suicidaires. Souvent, la personne va croire qu’il n’y a pas de solution, mais c’est faux, on sait qu’il existe des solutions. Si on voit qu’une personne va mal, on peut lui dire de courtes phrases comme : je sais que c’est difficile et tu as peut-être l’impression qu’il n’existe plus de solution et donc tu es si désespéré que ta solution c’est le suicide, mais le suicide n’est pas une solution. Laisse-moi t’offrir de l’aide, laisse-moi t’aider. Viens, on va aller sur Suicide.ca, viens, on va texter 535353. Donne-moi un peu de temps pour t’aider. Ce que tu veux, c’est arrêter de souffrir et tu vas arrêter de souffrir, parce que les tempêtes ne sont pas éternelles. Il ne fait pas nuageux 30 jours par mois, c’est impossible et c’est la même chose pour la souffrance. »

Le site internet oseparlerdusuicide.com est une ressource qui offre une panoplie de trucs pour parler du suicide.

Pour lire davantage d’articles, vous pouvez désormais nous suivre sur Twitter et sur LinkedIn!

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média